À Blois, les cadeaux d’Olivier Véran avant Noël

Définitivement, le Loir-et-Cher est une terre de visites officielles et le ballet ne cesse jamais. Pourtant, le ministre des Solidarités et de la Santé n’était encore jamais venu. C’est fait depuis ce 28 octobre où il s’est déplacé à Blois, au chevet de l’hôpital, les bras chargés d’euros d’investissements Ségur.
Par Émilie Rencien
31 octobre 2021
Olivier Véran entouré de journaliste à l'hôpital de Blois.
Après la Bourgogne-France-Comté, Olivier Véran a dévoilé à Blois (41) les chiffres pour relancer le secteur de la santé. ER / POLITICA

Musique d’ambiance, blouses blanches, aides-soignantes, infirmières, sifflets et drapeaux de la CGT… Comme Agnès Buzyn en septembre 2018, Olivier Véran a eu droit, lui aussi ce 28 octobre à un comité d’accueil sonore et coloré à son arrivée au centre hospitalier Simone-Veil de Blois. Depuis trois ans, les rangs des protestataires n’ont assurément pas dégonflé, une pandémie Covid-19 ayant mis en lumière un malaise sanitaire profond et larvé.

« Nous avons l’habitude, c’est notre lot quotidien, » a confié l’attaché de presse du ministre, observant stoïquement le cortège vociférant accueillir le défilé des véhicules du Gouvernement. Pourtant, contrairement à Agnès Buzyn qui s’apprêtait à l’époque à démasquer son plan de réforme du système de santé, Olivier Véran a dévoilé dans le Loir-et-Cher des présents pour panser les plaies. Médecins et cadres ont d’ailleurs confié, face caméra, leur satisfaction à la suite des annonces concernant la stratégie régionale des investissements Ségur de la santé (France Relance). « Enfin, du concret, » a affirmé Cécile Oliverès, cadre supérieur de santé au CH Simone-Veil.

Porté aujourd’hui, le ministre Véran, attaqué hier, a défait le nœud pour sa défense. « À Blois, 5 lits sont fermés sur 230. C’est toujours trop, mais nous sommes loin du chiffre de 20 % avec lequel on m’accuse ! » Pour enfoncer le clou de son plaidoyer, entouré d’autres camarades ministériels, Marc Fesneau (relations avec le Parlement et conseiller régional) et Jacqueline Gourault (cohésion des territoires et collectivités territoriales), il a dévoilé sa liste en bon Père Noël de la santé : plus de 700 millions d’euros d’investissements pour soutenir les établissements sanitaires et médico-sociaux en région Centre-Val de Loire.

Coups de pouce à Bourges, Romorantin, Orléans…

Parmi les aides fléchées sur ce territoire, ici la restructuration de l’Ehpad « Les résidences de Bellevue » à Bourges, dans le Cher (3,5 M€) ; là le réaménagement des consultations externes et la reconstruction des urgences au CH de Romorantin-Lanthenay, dans le Loir-et-Cher (1,8 M€) ; aussi, la reconfiguration des capacités financières du CHR d’Orléans, dans le Loiret (93 M€) ; également, la réédification de l’hôpital de Dreux, en Eure-et-Loir (101 M€). Et surtout, une enveloppe de 90 M€ allouée à la complète réfection de l’hôpital de Blois, un projet escompté et travaillé depuis cinq ans. 

« Au centre hospitalier de Blois, ce sont des équipements qu’on remplace, des chambres qu’on va rénover, des services qui se modernisent pour mieux soigner les patients. Et c’est ça qui changera aussi le quotidien de ceux qui nous soignent : la rénovation de leur outil de travail. Ce n’est pas de la science-fiction, mes annonces sont sonnantes et trébuchantes ».


Olivier Véran, ministre de la santé

Y a-t-il un Département dans la salle ?

Au milieu de ces nouvelles estimées bonnes, fait rare pour être signalé, le déplacement a accusé un absent à Blois, c’est-à-dire le Conseil départemental 41. Nicolas Perruchot était présent il y a trois ans ; pas de Philippe Gouet, pourtant kinésithérapeute de métier, en 2021. Ni président, ni même de conseillers loir-et-chériens. Un voyage à Brest auprès du sous-marin parrainé par cette collectivité depuis 2018 pourrait en être la raison. Mais bon. 

« Y a-t-il un représentant de ce Département dans la salle ? Le Département ? Personne ? Au regard de mes déclarations d’investissements, c’est dérangeant », a questionné puis déploré le ministre de solidarités et de la santé dans l’amphithéâtre de l’hôpital de Blois. Pour le prix, la médaille de l’établissement, qui n’était pas en chocolat, a été offerte par le directeur Olivier Servaire-Lorenzet à Olivier Véran qui n’a pas vraiment à proprement parler promis depuis Blois de création de lits. Comme Agnès Buzyn avant lui.

Dans la même rubrique

La salade LR sera finalement… parisienne !

La salade LR sera finalement… parisienne !

Avec plus de 60 % des voix, la patronne de la région Île-de-France a été désignée samedi par les adhérents LR candidate de la droite à la présidentielle. Valérie Pécresse devra réussir l’intégration des troupes des candidats battus, notamment celles d’Eric Ciotti qui annonce la création de son propre mouvement au sein du parti.

« La République Ensemble », ça vous parle ?

« La République Ensemble », ça vous parle ?

Marc Fesneau (Modem), conseiller régional et ministre en charge des relations avec le Parlement avait réuni à Chailles (41), une poignée d’amis afin de jaboter dans une langue estampillée LRE. Quésaco ? Politica explicite ce réseau politisé qui prépare le terrain présidentiable.

Le geste politique de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker

Le geste politique de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker

Sur décision du président de la République, la résistante franco-américaine Joséphine Baker a fait son entrée au Panthéon le 30 novembre 2021 et devient la première femme noire à trouver sa place dans ce temple républicain, à Paris. Quelle est la force symbolique de la panthéonisation de cette « combattante de la liberté » ?