À Châteaudun, Éric Zemmour brosse le monde rural dans le sens du poil

Temps de lecture estimé : 2 minutes Le candidat à la présidentielle a réuni plusieurs centaines de militants et sympathisants ce vendredi soir, à Châteaudun à l’occasion de son meeting régional de campagne. Il y a dit son attachement à la ruralité et aux Français implantés en périphérie des grandes villes.
Par Mourad Guichard
10 janvier 2022
Éric Zemmour en meeting à Châteaudun vendredi 8 janvier 2022. M. Gch / POLITICA
Éric Zemmour en meeting à Châteaudun vendredi 8 janvier 2022. M. Gch / POLITICA

En réunissant quelque 1300 à 1500 supporters, ce vendredi 7 janvier au Crystal de Châteaudun (Eure-et-Loir), Éric Zemmour a plutôt réussi son pari. Plutôt, car il s’agissait là d’un rassemblement d’ampleur régionale réunissant également des partisans d’Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher ou encore du Loiret. De retour de ses vacances aux Antilles, le candidat au teint hâlé est venu évoquer son attachement indéfectible au monde rural et à la France périphérique, opposant ces entités aux élites parisiennes, au diktat de Bruxelles et à la mondialisation.

« Ils n’ont pas voulu voir le formidable atout économique de nos territoires, ils n’ont pas su faire de la campagne française un levier de sa puissance, ils n’ont pas voulu préserver son art de vivre. Ils ont préféré oublier et vous oublier », a affirmé le candidat identitaire face à un public massé dans la salle surchauffée. Parmi ses mesures pour la ruralité, M. Zemmour a dit souhaiter mettre fin à l’implantation de nouvelles éoliennes sur l’ensemble du territoire, jugeant ces dernières laides, bruyantes et peu efficaces. Il a aussi promis la suppression de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) qui « force » selon lui les maires et « enlaidit nos villages ». Mais loi qui encourage essentiellement la construction de logements sociaux. Il a, dans une même logique, appelé à rediriger les fonds dévolus à la politique de la Ville vers le monde rural. Ceci sans évoquer la moindre compensation pour les 5,4 millions d’habitants des 1514 quartiers prioritaires.

Lire aussi
Au menu de « Reconquête Loiret », du rififi et des luttes de pouvoir

Eric Zemmour a de même plaidé pour le retour au cumul des mandats, permettant à un député d’être également maire, afin de combattre, ce qu’il a qualifié d’effet « hors sol » du mandat unique. Après avoir longuement brossé le monde rural et périphérique dans le sens du poil avec des formules parfois grandiloquentes, le candidat d’extrême droite a dégainé plusieurs mesures consensuelles. Au catalogue, l’implantation de services publics, la lutte contre les déserts médicaux avec l’embauche par l’État d’un millier de médecins, ou encore la mise en place de circuits courts pour fournir les cantines scolaires. Enfin, il a affirmé sa volonté de défendre vigoureusement le « made in France » avec la création d’un « patri-score », indicateur de traçabilité sur le modèle du nutri-score. « Je veux que les Français sachent d’où viennent véritablement nos produits alimentaires », a précisé le candidat, provoquant les applaudissements des centaines de participants. Parmi eux, de nombreux jeunes arborant des tee-shirts « Éric Zemmour 2022 » fabriqués… au Bangladesh. 

Dans la même rubrique

Union de la gauche : entre grande histoire et petits arrangements électoraux

Union de la gauche : entre grande histoire et petits arrangements électoraux

Après l’accord, dimanche soir, entre La France Insoumise (LFI) et les écologistes, les discussions se poursuivent avec le Parti communiste français (PCF) et le Parti socialiste (PS) pour les législatives. Certains évoquent le Front Populaire de 1936. D’autres le congrès d’Épinay de 1971, avec cette fois-ci, l’alliance derrière la force la plus radicale. Nouveau fait historique ou petits arrangements électoraux ?

Fêtes johanniques d’Orléans : une invitée peut en cacher un autre

Fêtes johanniques d’Orléans : une invitée peut en cacher un autre

Emmanuel Macron, Bernadette Chirac, François Mitterrand… l’invité officiel des Fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans participe à la notoriété des festivités. Cette année, c’est Masha Kondakova, réalisatrice ukrainienne inconnue qui est sortie tardivement du chapeau. Explications !

Présidentielle : « Nous avons voté Macron la mort dans l’âme »

Présidentielle : « Nous avons voté Macron la mort dans l’âme »

Avec 58,5 % des suffrages, Emmanuel Macron a été réélu président de la République. Avant l’annonce du résultat, des partis de la gauche orléanaise, des syndicats, des mouvements féministes et des associations progressistes avaient appelé à un rassemblement pour clamer « Pas une voix pour Le Pen, pas de répit pour Macron ».

Ministres de sortie à Blois pour prêcher la parole macroniste

Ministres de sortie à Blois pour prêcher la parole macroniste

Un ministre en campagne et également en ville : Olivier Dussopt, chargé des comptes publics, a arpenté le centre commerçant de Blois (41) ce mardi 12 avril. Non pas pour faire du shopping, mais plutôt des emplettes de voix d’ici le second round de scrutin présidentiel.