Caroline Janvier : « soyez fiers d’être des amateurs »

Temps de lecture estimé : 4 minutes Après quatre années marquées par les crises, des « Gilets jaunes » à la pandémie de Covid-19, La République en marche (LREM) avance vers l’inconnu, bien loin de l’élan et de l’enthousiasme de 2017. Ainsi s’ouvre la période des doutes et des premiers bilans avant de se présenter devant les électeurs en 2022. Pour Politica, Caroline Janvier, député de la 2e circonscription du Loiret, revient sur les promesses d’origine du macronisme.
Par Alberto Rodriguez Pérez
4 octobre 2021
Carolien Janvier à la gare d'Orléans samedi 25 septembre 2021.
Carolien Janvier à la gare d'Orléans samedi 25 septembre 2021. ARP / POLITICA

Dans les comités locaux, LREM a d’abord attiré des citoyens n’ayant jamais été encartés dans un parti. Cadres supérieurs, diplômés, représentants d’une France qui va bien. « Et de bonne volonté », ajoute Caroline Janvier. Des nouveaux militants et des primo-députés souvent sans la moindre culture politique. « Soyez fiers d’être des amateurs », les encourage même Emmanuel Macron.

Pour la plupart des 300 députés macronistes, dont une majorité de débutants, il faut bien parler d’ascension fulgurante. Remontons quatre années en arrière, Caroline Janvier, alors 35 ans, était considérée par ses pairs comme une novice en politique. Diplômée de Sciences Po sur le campus de Dijon Mme Janvier a travaillé six années dans le secteur social.

Elle-même le reconnaît : « trois jours après...

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de "Politica Mag" en illimité.

Soutenez un journalisme positif, non partisan et une rédaction indépendante.

 

S'abonner pour lire la suite...

Déjà abonné ? Se connecter

Dans la même rubrique

Union de la gauche : entre grande histoire et petits arrangements électoraux

Union de la gauche : entre grande histoire et petits arrangements électoraux

Après l’accord, dimanche soir, entre La France Insoumise (LFI) et les écologistes, les discussions se poursuivent avec le Parti communiste français (PCF) et le Parti socialiste (PS) pour les législatives. Certains évoquent le Front Populaire de 1936. D’autres le congrès d’Épinay de 1971, avec cette fois-ci, l’alliance derrière la force la plus radicale. Nouveau fait historique ou petits arrangements électoraux ?

Jean-Luc Brault, ce n’est qu’un au revoir…

Jean-Luc Brault, ce n’est qu’un au revoir…

En Loir-et-Cher, les histoires se succèdent sans forcément se ressembler. La dernière nouvelle qui crée date est la démission du maire de la commune nouvelle, Le Controis-en-Sologne, en place depuis 27 ans. Pour autant, politiquement, Jean-Luc Brault n’a pas encore prononcé son dernier mot.

Avec le Digital Service Act, l’UE met au pas les réseaux sociaux

Avec le Digital Service Act, l’UE met au pas les réseaux sociaux

Alors qu’Elon Musk rachète Twitter et promet un vent de liberté sur les contenus publiés sur le réseau social, le Parlement européen a adopté le Digital Service Act. Dorénavant, ce ne sont plus les plateformes et les médias sociaux qui dictent leurs règles, mais l’UE qui fixe le cadre numérique à respecter sur son territoire.

Pourquoi Marine Le Pen n’est pas la candidate des territoires ruraux 

Pourquoi Marine Le Pen n’est pas la candidate des territoires ruraux 

La candidate du Rassemblement national s’est longuement présentée aux médias comme une ardente protectrice de la « France des oubliés », vaste magma chimérique regroupant villes moyennes, petits bourgs et villages. Progressivement s’imposerait l’idée que Marine Le Pen serait la porte-voix de nos territoires.