Dans le Loiret, des maires épuisés face aux tracasseries administratives

À l’occasion de leur assemblée générale, samedi 3 juillet, les maires du Loiret crient leur ras-le-bol face aux exigences administratives de l’État. La République du Centre revient sur l’événement.
Par Alberto Rodriguez Pérez
5 juillet 2021

« L’État exige beaucoup des collectivités, mais celles-ci ne peuvent en faire autant de la puissance publique », explique Pauline Martin, maire de Meung-sur-Loire. Prenant pour exemple le récent épisode des dysfonctionnements constatés dans la distribution des documents électoraux, la présidente de l’Association des maires du Loiret (AML) met en garde par rapport aux prochaines échéances électorales et notamment l’élection présidentielle de 2022.

La présidente de l’AML se tournant vers le patron régional des services fiscaux (DGFIP) ironise également sur le dépôt des recettes par les régisseurs. « De nouvelles règles totalement déconnectées des réalités de terrain génèrent des complications inutiles et chronophages. Mais où est passé le sacro-saint concept de simplification ? »

Expérimentation malheureuse chez les gendarmes

Avant la signature de la charte visant à renforcer les liens entre élus et gendarmes, Pauline Martin a questionné le patron des gendarmes du Loiret au sujet de « l’efficience de l’expérimentation menée dans le Loiret avec les nouvelles brigades de gestion des événements (BGE) ».

Alors que le système fonctionne efficacement dans le Cher, le général Aubanel reconnait le « bilan mitigé pour les patrouilles de jour. À tel point que l’expérimentation a été suspendue ! Elle se poursuit néanmoins pour les patrouilles de nuit et un nouveau bilan interviendra en septembre. »

Article à lire en intégralité sur La République du Centre

Dans la même rubrique

Romain Roy, lauréat en bande organisée ?

Le Groupe Roy Énergie vient d’être auréolé des « Trophées de l’entreprise du Loiret ». Une jolie performance pour Romain Roy, patron du groupe et adjoint au maire d’Orléans qui siège aux côtés de Michel Martin, dirigeant du groupe Orcom coorganisateur des récompenses.