Une enquête ouverte sur une association créée par Nicolas Perruchot, ex-président du Loir-et-Cher

Le parquet de Blois annonce l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des versements à l'ancien président du Conseil départemental du Loir-et-Cher par l'association ODS, l'Observatoire du dialogue social. Elle fait suite aux révélations de la cellule investigation de Radio France et de France 3.
Par Alberto Rodriguez Pérez
27 juillet 2021
Nicolas Perruchot, visioconférence au CD
Nicolas Perruchot, lors d'une séance du Conseil départemental du Loir-et-Cher en 2020. Archives ARP

Le parquet de Blois annonce l’ouverture d’une enquête préliminaire sur des versements à l’ancien président du Conseil départemental du Loir-et-Cher par l’Observatoire du dialogue social (ODS). L’instruction vérifie « les conditions de fonctionnement » de l’association et les versements sur les comptes personnels de Nicolas Perruchot. C’est la police judiciaire de Tours qui est chargée des investigations indique le procureur de la République Frédéric Chevallier dans un communiqué ce mardi 27 juillet.

Des transferts de fonds « douteux » révélés par France 3

Selon les informations recueillies par France Télévisions et la cellule investigation de Radio France, une association créée en mars 2018 à son initiative, alors qu’il était par ailleurs dirigeant de l’entreprise Strat and CO, l’Observatoire du dialogue social (ODS), pose question. Car, comme l’attestent de nombreux documents que France 3 a pu consulter, des virements de plusieurs milliers d’euros ont été effectués depuis le compte de l’ODS vers celui de Nicolas Perruchot entre 2018 et mi-2019. 

Une investigation dans laquelle sont pointées diverses questions morales autour de dons à l’association ODS de la part d’entreprises telles que la Fédération française du bâtiment (FFB), TDF, acteur historique de la couverture numérique du territoire qui a décroché en 2016 le marché de l’installation de la fibre dans le Loir-et-Cher ou encore SIM, spécialisée dans les emballages plastiques à Montoire-sur-le-Loir.

Au total 35 000 euros selon les calculs de France Télévisions arasaient transité des comptes de l’association ODS (géré par Richard Pichet puis à partir de 2019 par Jean Ortheau, collaborateur à son cabinet), et Coup de Cœur (présidé par son épouse), vers le compte personnel de Nicolas Perruchot. 

De mystérieux « travaux »

Confronté à ces différents éléments, l’ancien président LR du Loir-et-Cher a accepté de répondre à certaines questions des journalistes de France Télévision. Concernant l’utilisation de Coup de cœur comme passe-plat bancaire pour le compte d’ODS, Nicolas Perruchot se défend : « Est-ce que que les entreprises ont l’interdiction de faire des dons à des associations ? » 
Par ailleurs, il dit avoir « sollicité » la FFB et les entreprises SIM et TDF « qui voulaient nous aider, qui voulaient qu’on poursuive ses travaux afin de favoriser et encourager le développement du dialogue social ». Impossible pourtant de savoir de quels travaux il s’agit.

Où sont les notes à destination des entreprises sollicitées pour financer ODS ? Selon les informations documentées des journalistes, il n’en est jamais question dans les échanges de Nicolas Perruchot avec ces entreprises. Refusant de les produire, il a coupé court à l’interview et renvoyé vers son avocat.  

Un blog à 20 000 euros jamais publié

Les réponses de Me Jean-Yves Leterme ont évolué au gré des questions. Dans un premier temps, il a indiqué que son client intervenait en qualité de « consultant » pour ODS et que l’argent perçu correspondait à « des remboursements de frais [temps et déplacements] liés à ses participations » à « de nombreux colloques et conférences » sur les modalités du dialogue social.

Puis, revenant sur ses déclarations, Jean-Yves Leterme a admis que son client devait lancer « un blog » puis « un site internet » pour le compte de l’association, afin d’y publier des « contenus rédactionnels ». Les « 20000 euros perçus » par Nicolas Perruchot — selon les documents publiés par France Télévision, la somme s’élèverait au moins à 35 000 euros —, « correspondent à des avances de trésorerie destinées à financer la création du blog et du site internet », détaille l’avocat.

Faute de temps, le projet aurait été abandonné et Nicolas Perruchot aurait informé en février 2021 « par écrit le nouveau préside de l’association qu’il rembourserait les sommes perçues ». Remboursement effectué fin juin 2021, précise Jean-Yves Leterme, au moment où France Télévision menait ses investigations.

Enquête à lire en intégralité sur France 3

Dans la même rubrique

Romain Roy, lauréat en bande organisée ?

Le Groupe Roy Énergie vient d’être auréolé des « Trophées de l’entreprise du Loiret ». Une jolie performance pour Romain Roy, patron du groupe et adjoint au maire d’Orléans qui siège aux côtés de Michel Martin, dirigeant du groupe Orcom coorganisateur des récompenses.

Jean Castex – Marc Gricourt  : ça balance pas mal à Blois

Jean Castex – Marc Gricourt : ça balance pas mal à Blois

Encore un déplacement pour rien, ont grommelé certains. Pourtant, la visite officielle du Premier ministre samedi 20 novembre à Blois s’inscrivait dans un cadre localement sérieux et d’importance nationale, l’ouverture ce jour même d’une exposition sur les « Arts de l’Islam ».

Orléans Loiret Basket : Michel Martin, président à vie ?

Orléans Loiret Basket : Michel Martin, président à vie ?

La prochaine assemblée générale de l’Orléans Loire Basket s’apprête à modifier ses statuts pour porter la limite d’âge de ses dirigeants à 75 ans. Michel Martin, président du conseil de surveillance du club, atteint par cette limite d’âge, en serait le premier bénéficiaire.