Métropole de Tours : Frédéric Augis élu président, la droite reprend les rênes

Le maire de Joué-lès-Tours, Frédéric Augis, est élu président de Tours Métropole, ce dimanche 11 juillet. Il a remporté le scrutin face à son collègue tourangeau, Emmanuel Denis et prend la suite de Wilfried Schwartz, démissionnaire.
Par Alberto Rodriguez Pérez
12 juillet 2021
Frédéric Augis, président de Tours Métropole
Capture d’écran de Frédéric Augis lors de la séance d'installation du nouvel exécutif de la Métropole de Tour le 11 juillet 2021. METROPOLE DE TOURS

Frédéric Augis, le maire de Joué-lès-Tours (LR), a été élu président de Tours Métropole, ce dimanche 11 juillet. Il a remporté le vote face au maire de Tours, Emmanuel Denis (EELV), dès le premier tour par 45 voix à 38. L’élection du nouvel exécutif métropolitain répondait à l’urgence de remplacer Wilfried Schwartz à la tête de la collectivité. Le maire de La Riche avait démissionné le 5 juillet

« Je suis le dépositaire d’une espérance », s’est permis de clamer, juste après son élection, celui qui était jusqu’alors, 3e vice-président. Il avance ensuite que « ce nouveau pacte de gouvernance permettrait à toutes les communes et à toutes les sensibilités politiques de travailler ensemble ». Frédéric Augis avait proposé, lors de la présentation de sa candidature, un équilibre entre les vingt-deux communes de la Métropole en les traitant avec équité et en tenant compte de la centralité de Tours.

 « Un hold-up » démocratique : 37 élus de gauche quittent la séance

Pourtant, si la première partie de l’installation du conseil métropolitain a été conclue dès le premier tour dans une ambiance tendue mais courtoise, la seconde, celle de l’élection des vingt vice-présidents, s’est révélée plus houleuse.

Face à la volonté du nouveau président de n’accorder que 3 vice-présidences aux élus de la majorité de la ville de Tours, le maire de la ville-centre a pris la parole pour dénoncer « un hold-up » démocratique. « Ne donner que trois vice-présidences à la sensibilité de gauche c’est mépriser le vote démocratique issu des urnes lors des élections municipales de 2020, confirmé cette année à l’occasion du scrutin régional », a-t-il voulu embrayer en demandant à Frédéric Augis de revoir sa copie.

Face au refus de ce dernier, 37 élus dont les 30 de la majorité des écologistes et de la gauche de Tours, ainsi que des élus de gauche de Ballan-Miré, Joué-lès-Tours, La Riche (Armelle Audin), Notre-Dame d’Oé ou encore l’écologiste élu à Chambray, Didier Vallée ont alors quitté la séance.

« Une métropole des territoires où les maires sont la pièce essentielle »

Seule et unie en séance, la droite locale reprend bien les rênes de la Métropole avec un coup de main de certains élus de gauche tels que le maire de Chambray-lès-Tours, Christian Gatard et celui de La Riche, Wilfried Schwartz respectivement élus vice-présidents aux finances et aux mobilités. Estimant que la cogestion avait montré ses limites, Frédéric Augis s’est toujours montré partisan d’une métropole politisée. Il se défend cependant de vouloir installer une gouvernance uniquement politique.

En se faisant élire avec comme thème « une métropole des territoires où les maires sont la pièce essentielle », le nouveau président considère que bien que la ville-centre doit occuper une place importante, la primauté revient aux maires des 22 communes, et cela sur un pied d’égalité. Voilà pourquoi il aurait refusé de « sacrifier certains d’entre eux, qui n’ont pas d’étiquette par ailleurs, pour les postes clés des vice-présidents pour donner plus de responsabilités à la ville de Tours ».

En fin de séance, les trois dernières vice-présidences en ordre protocolaire, ont été attribuées à la ville de Tours avec un vote favorable pour Emmanuel Denis et deux de ses adjoints, Alice Wanneroy et Martin Cohen. Les trois écologistes ont annoncé leur démission dimanche soir, tout comme les cinq nouveaux membres de gauche du bureau métropolitain.

Dans la même rubrique

La salade LR sera finalement… parisienne !

La salade LR sera finalement… parisienne !

Avec plus de 60 % des voix, la patronne de la région Île-de-France a été désignée samedi par les adhérents LR candidate de la droite à la présidentielle. Valérie Pécresse devra réussir l’intégration des troupes des candidats battus, notamment celles d’Eric Ciotti qui annonce la création de son propre mouvement au sein du parti.

« La République Ensemble », ça vous parle ?

« La République Ensemble », ça vous parle ?

Marc Fesneau (Modem), conseiller régional et ministre en charge des relations avec le Parlement avait réuni à Chailles (41), une poignée d’amis afin de jaboter dans une langue estampillée LRE. Quésaco ? Politica explicite ce réseau politisé qui prépare le terrain présidentiable.

Le geste politique de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker

Le geste politique de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker

Sur décision du président de la République, la résistante franco-américaine Joséphine Baker a fait son entrée au Panthéon le 30 novembre 2021 et devient la première femme noire à trouver sa place dans ce temple républicain, à Paris. Quelle est la force symbolique de la panthéonisation de cette « combattante de la liberté » ?