Ouverture d’une enquête à la suite du « faux pass sanitaire » d’Alexandre Avril

À la suite des révélations de la Nouvelle République, puis du Canard Enchaîné, concernant le faux pass sanitaire d’Alexandre Avril, maire de Salbris, le parquet de Blois ouvre une enquête préliminaire.
Par La Rédaction
7 octobre 2021
Alexandre Avril à Salbris.
Alexandre Avril à Salbris. Archives ARP.

La justice s’empare de l’affaire du faux pass sanitaire d’Alexandre Avril, maire de Salbris. Frédéric Chevallier, procureur de la République de Blois annonce l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « déterminer les conditions dans lesquelles ce pass a été obtenu et utilisé ».

Deux versions contradictoires

Selon informe la Nouvelle République, ce lundi 27 septembre à l’occasion de l’assemblée du syndicat mixte de Grande Sologne à Lamotte-Beuvron, Alexandre Avril avait dans un premier temps refusé de présenter son pass sanitaire pour accéder à la salle. Le maire de Salbris avait finalement présenté son téléphone avec un pass sanitaire qui s’avérera ne pas être le sien. Pascal Bioulac, maire de Lamotte-Beuvron et président du syndicat mixte, avait confirmé l’information à la NR : « il s’agissait d’un pass féminin. Il s’est renfrogné et il est parti ».

Alexandre Avril s’est permis dans un premier temps de démentir cette version : « Ce sont des calomnies. C’est complètement faux ». Auprès du Canard Enchaîné de ce mercredi 6 octobre 2021 il change radicalement de version. « On a voulu m’empêcher de siéger pour des raisons politiques. C’était un pass politique qu’on me demandait ! (…) J’ai montré le QR code de quelqu’un d’autre, juste par provocation ». Le palmipède précise que le maire a affirmé avoir trouvé ce QR code sur Google.


Lire aussi
Chasse, pêche, nature et ambition : le point de vue d’Alexandre Avril sur la Sologne

« Une affaire politique »

Contacté par la NR ce mercredi 6 octobre 2021, le maire de Salbris affirme que cette histoire est : «Une affaire politique. Ce qui est en cause c’est ma position sur le pass sanitaire. Je réserverais mes explications à qui de droit. Je suis surpris par la rapidité de cette affaire qui n’en est pas une. L’emballement me fait dire que c’est politique.» Il se refuse à tout autre commentaire.

Reste que cette « provocation » de l’édile est répréhensible par la loi. D’après service.public.fr : « Utiliser le passe d’un tiers ou proposer l’utilisation frauduleuse sont punis d’une amende de 750 € ». Quant à l’utilisation d’attestation frauduleuse de vaccination : « produire ou utiliser un faux document expose jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende».

Dans la même rubrique

Romain Roy, lauréat en bande organisée ?

Le Groupe Roy Énergie vient d’être auréolé des « Trophées de l’entreprise du Loiret ». Une jolie performance pour Romain Roy, patron du groupe et adjoint au maire d’Orléans qui siège aux côtés de Michel Martin, dirigeant du groupe Orcom coorganisateur des récompenses.

Jean Castex – Marc Gricourt  : ça balance pas mal à Blois

Jean Castex – Marc Gricourt : ça balance pas mal à Blois

Encore un déplacement pour rien, ont grommelé certains. Pourtant, la visite officielle du Premier ministre samedi 20 novembre à Blois s’inscrivait dans un cadre localement sérieux et d’importance nationale, l’ouverture ce jour même d’une exposition sur les « Arts de l’Islam ».