Régionales : incertitude totale en Centre-Val de Loire selon le dernier sondage Ipsos

A dix jours du premier tour des élections un sondage Ipsos pour France Télévisions et Radio France donne les principales tendances en Centre-Val de Loire.
Par La Rédaction
9 juin 2021
Orléans

Avis de brouillard sur le Centre-Val de Loire. D’après un deuxième sondage Ipsos pour France 3 et France Bleu, publié ce mercredi, l’issue du scrutin s’annonce très incertaine.

Si le Rassemblement national semble dominer le premier tour (28%), les résultats des listes du président socialiste sortant (21%), de La République en marche (19%) et des Républicains (18%) se tiennent dans un mouchoir de poche.


Donné à 11% lors du dernier sondage, l’écologiste Charles Fournier ne récolte plus que 9% des intentions de vote. Suivent la liste citoyenne de Jérémy Clément et Christelle de Crémiers à 3% et Farida Megdoud pour Lutte ouvrière à 2%.

Et cela ne s’arrange pas au second tour. En cas de quadrangulaire, la liste d’union de la gauche menée par François Bonneau est donnée à égalité avec celle du Rassemblement national d’Aleksandar Nikolic, à 30% des intentions de vote.

L’équation se complique encore en cas de triangulaire et de fusion LREM-LR autour de la liste conduite par Marc Fesneau. Celle-ci arrive alors au même niveau que celle du RN (33%), un point derrière celle de la gauche (34%).

L’écart est très légèrement plus favorable aux socialistes si l’union LREM-LR se fait autour de Nicolas Forissier.

Rapports de force dans les autres régions…

La victoire du RN semble se dessiner en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il pourrait l’emporter dans tous les cas de figure : que ce soit en triangulaire ou en duel face à Renaud Muselier. Dans cette configuration, son avantage n’est toutefois que d’un petit point, donc dans la marge d’erreur.

En revanche, si les écologistes se maintiennent au second tour, le candidat de Marine Le Pen l’emporterait largement : 7 points de différence selon ce sondage, d’autant que Thierry Mariani accroît son avance ces derniers jours. Ce scénario d’une triangulaire est le scénario annoncé, puisque la tête de liste écologiste Jean-Laurent Felizia, qui a assuré qu’il n’y aurait pas d’accord avec Renaud Muselier, envisage aussi de se maintenir pour peser dans l’opposition régionale.

En Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France et Nouvelle-Aquitaine, avantage aux sortants

Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et Alain Rousset ont peu de souci à se faire quelle que soit la configuration. Les deux présidents sortants de droite feront le plein de voix dans leur camp, mais ils séduisent aussi les marcheurs. 

Contrairement à ce que martèlent les soutiens de Marine Le Pen, le RN progresse finalement assez peu par rapport à 2015. Là où le RN semble en bonne position, c’est souvent davantage en raison d’un effritement des autres partis que d’une dynamique forte, comme en Bourgogne-Franche Comté. Si le RN à ses chances dans plusieurs régions, c’est que le « modèle PACA » s’exporte, avec une disparition pregressive du front républicain.

Retrouvez l’enquête complète à télécharger au format PDF

Dans la même rubrique

La salade LR sera finalement… parisienne !

La salade LR sera finalement… parisienne !

Avec plus de 60 % des voix, la patronne de la région Île-de-France a été désignée samedi par les adhérents LR candidate de la droite à la présidentielle. Valérie Pécresse devra réussir l’intégration des troupes des candidats battus, notamment celles d’Eric Ciotti qui annonce la création de son propre mouvement au sein du parti.

« La République Ensemble », ça vous parle ?

« La République Ensemble », ça vous parle ?

Marc Fesneau (Modem), conseiller régional et ministre en charge des relations avec le Parlement avait réuni à Chailles (41), une poignée d’amis afin de jaboter dans une langue estampillée LRE. Quésaco ? Politica explicite ce réseau politisé qui prépare le terrain présidentiable.

Le geste politique de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker

Le geste politique de l’entrée au Panthéon de Joséphine Baker

Sur décision du président de la République, la résistante franco-américaine Joséphine Baker a fait son entrée au Panthéon le 30 novembre 2021 et devient la première femme noire à trouver sa place dans ce temple républicain, à Paris. Quelle est la force symbolique de la panthéonisation de cette « combattante de la liberté » ?